Tout au long de sa vie, les aplombs du cheval vont se modifier. Il est facile de penser qu’avec l’âge il est normal de voir les aplombs du cheval se dégrader.

Il est important de comprendre la cause première des problèmes d’aplombs.

 Lorsque le pied manque d’usure naturelle soit par manque de parage ou par l’action du fer, le pied devient trop long. C’est-à-dire qu’il y a un excès de matière et que le pied n’a plus son plein potentiel fonctionnel.

Imagions que tous les jours nous rajoutions 1 mm de talon à votre chaussure. Vous commenceriez à devenir instable voir à trébucher facilement. Afin de retrouver un certain équilibre, vous auriez tendance à marcher de travers par exemple avec les pieds partant légèrement à l’extérieur.  Imagions à nouveau que vous parveniez à diminuer néanmoins la hauteur de ces talons grâce à la marche, mais qu’à cause du déséquilibre que vous devez subir, vous finissez par provoquer une mauvaise répartition de votre propre poids d’un côté ou de l’autre de votre chaussure.

 C’est déjà ce qui se passe pour beaucoup d’être humain, mais dans le cas qui nous intéresse, celui des chevaux, imaginez que le pied pousse ne permanence et que le pied tente de compenser par une usure importante souvent insuffisante.

 Dans ce cas précis, il n’ y a donc aucun facteur génétique qui intervient. Le cheval vient au monde avec des aplombs parfaits et ces derniers se dégradent tout au long de sa vie.

 Le pied nu est un gros avantage dans ce cas, car lorsque le maréchal peut intervenir à chaque changement de ferrure, le pareur lui, peut intervenir tous les jours s’il le souhaite. De plus le pied s’usant régulièrement, les problèmes d’aplomb sont limités.

 Alors comment rectifier les aplombs d’un cheval marchant de façon incorrecte depuis des années.

 D’une façon purement mécanique, la tâche semble relativement simple.

 Il s’agit de retrouver l’équilibre du pied. C’est en effet ce déséquilibre du pied qui provoque les changements d’aplombs et non l’inverse.

 Dans le cas où se serait le pied qui compense un problème venant du membre par exemple, la question se poserait différemment.

 Afin de changer les aplombs du pied, la difficulté du parage sera de prendre en compte l’ensemble du pied.

 En effet, le pareur va pouvoir travailler sur les évasements, la hauteur des talons et de la paroi.

 Il devra aussi prendre en considération le déséquilibre provoqué au niveau de la sole, des barres et de la fourchette au risque de laisser se mettre  en place des zones de pression dans le pied.

 Il ne s’agit pas d’imposer un parage et encore moins un modèle de pied. Il s’agit simplement de redonner une chance au sabot de se reconstruire comme il aurait été dans un cadre de vie meilleur pour lui.